Malade au Japon

 
 
 Encore une nouvelle rubrique ! Pourquoi vie quotidienne ? Parce que je veux essayer de donner un aperçu de la vie quotidienne… au Japon. Attendez vous à des photos de supermarchés, de bars, d’autoroutes et de toilettes électriques. Commençons sans plus tarder.

Quand on est malade au Japon deux opportunités s’ouvrent à nous :

  1. L’automédication, on peut trouver des médicaments en supermarché ou dans des drogueries. Les prix sont très variables selon ce que vous voulez, et la marque du produit recherché. Généralement plus c’est cher plus c’est efficace. Il y a parfois dans les drogueries l’équivalent du pharmacien français qui peut vous donner des conseils. (à supposer que vous arriviez à lui expliquer votre trouble en japonais bien sur. )
  2. L’hôpital. Si vous êtes réellement malade (comme moi vendredi dernier une horrible gastro mais je vous rassure je vais mieux) rien de tel que l’hôpital. Quand on pense hôpital en France on imagine immédiatement le grand building impersonnel et flippant idéal pour une attaque de zombie. Au Japon les hôpitaux sont généralement de petites structures privées assez chaleureuses (coûts variables il faut faire attention, il existe des établissements de luxe).

Une fois à l’hôpital vous devez suivre la procédure :

  1. Le questionnaire : votre nom, vos allergies, vos symptômes, votre numéro de carte bleu.
  2. Une fois la première formalité réglée place aux tests : Prise de sang ou analyse d’urine. J’ai eu de la chance, l’hôpital de Bentencho (là ou je vis) préfère l’urine.
  3. Vous attendez les résultats de l’analyse qui est faite immédiatement. (L’attente peut être assez longue tout de même. J’ai passé presque 3h à l’hôpital la dernière fois.)
  4. La consultation du médecin. Questionnaire et résultats de l’analyse en mains le médecin vous ausculte et vous prescrit votre traitement.
  5. Dans mon cas le diagnostique était difficile (ou il désirait me faire payer un supplément) J’ai donc passé directement des radios de l’estomac/ intestin sans doute pour éliminer l’hypothèse d’un ulcère mais j’ai pas tout compris.)
  6. Le diagnostique, l’on vous donne un traitement à suivre pendant 3 ou 4 jours, jamais plus. Les médicaments sont fournis par l’hôpital au compte gouttes. Impossible de se faire sa pharmacie perso.
  7. Si au bout des trois jours aucune amélioration n’est détectée des tests complémentaires sont effectués et le traitement évolue en conséquence.
  8. Le paiement. Pour tout cela j’en ai eu pour 20 euros. (médicaments inclus). Notons que j’ai la carte d’assurance maladie japonaises qui rembourse à 80% les soins médicaux. J’en ferais un prochain article.

Et si vous aimez le blog, voulez me soutenir et vous faire plaisir, mes livres et livres audio sont disponibles dans la boutique du site! (préférez les achats directs sur le site plutôt que sur des sites commes amazon qui prennent une commission, merci)

Please follow and like us:

Laisser un commentaire