viande au japon

Manger de la viande au Japon

La nourriture c’est une histoire de goût. Oui, j’ose les affirmations risquées. Pour ma part la viande fait partie intégrale de mon régime alimentaire. Même si depuis mon arrivée sur l’archipel ma consomation de viande rouge a largement diminuée.

La viande coûte trop chère.

C’est un bel après midi d’automne. A 13 000 km de Paris, les corbeaux éventrent les sacs poubelles posés à même le trottoir, et le SDF local est allongé sur le rebord de béton qui borde le mini parc, juste derrière l’école. Il est entouré de fioles de saké vides. Les passants dessinent un large cercle pour l’éviter. J’en fait de même pour me rendre au supermarché.

“J’ai envie de viande!” Constat matinal implacable. Et par viande je veux dire viande rouge. J’en peux plus du poulet (frit ou non).

“Hangaku”

Je me précipite au rayon, au mileu du porc et du poulet, il y a le rayon “fines lamelles de gras pour “gyudon” (c’est des lamelles de gras sur du riz). C’est pas mon truc. Je veux un steack. C’est là. Il en reste qu’un “Hangaku”, moitié prix, 5 euros pour 100 grammes. C’est ma chance.

Ahhhh. Je m’arrête net.

Yuri, la vingtaine ce tient devant moi. Elle a les cheveux en chignons, teints en blond. Elle a ce regard mi-mutin, mi-triste de la mère-enfant célibataire qui veut un steack en promotion.

Poulet, porc ou boeuf?

Il faut dire qu’il n’y pas beaucoup de choix en matière de viande. Et les chances d’avoir un steack pas trop gras ou nerveux à bon prix ne sont pas légions. Tout le monde ne mange pas au restaurant tous les jours. Steack, rosbeef en tranche (trèèèèès fines), piéces pour le curry, lamelles de gras pour la viande rouge. Blanc de poulet/ karaage pour la volaille, côtes de porcs, lamelles de gras pour le cochon.

Après quelques secondes d’observations elle penche son corps vers l’avant et s’apprête à lever la main. Un balot de paille roule derrière les sushis à la crevette.

Si vous avez de l’argent, vous pouvez manger de la viande au restaurant.

J’ai hésité, manque de pratique sans doute, mais le dernier steack m’est passé sous le nez. Sans doute un fond de galanterie qui a résisté à l’expatriation. Il y’a plus de viande mais, Bon, tant pis, au diable l’avarice, j’irai au restaurant, une fois de temps en temps il faut se faire plaisir. Et puis moi au moins, j’ai pas d’enfant à charge.

Yakiniku, steack house et restaurant pour manger de la viande au japon

Heureusement pour les amoureux de la viande il existe de nombreux restaurants au Japon qui s’en sont fait une spécialité. Les plus connus sont les barbecues coréens (ou Yakiniku) qui vous propose de griller votre viande vous même sur une plaque chauffante (c’est la ou j’ai pris la photo en tête d’article, une magnifique rose en langue de boeuf). Comptez environ 30euros pour manger à votre faim (ou plus).

Vous avez aussi les steacks houses à l’américaine dans la même tranche de prix et quelques restaurants qui font un mix entre cuisine japonaise et viande comme mon repas de la semaine dernière, ou le riz a été généreusement recouvert de tranches de viande.

Bon appétit à tous!

Ps: et il y a toujours le meat guy pour les anglophones

Et si vous aimez le blog, n’hésitez pas à jeter un oeil à mes livres dans la boutique !


Lire également:

La mode au Japon

Comment manger avec des baguettes

La face cachée des japonaises

Les meilleurs livres pour apprendre le japonais

Please follow and like us:

Laisser un commentaire