Typhon Japon

Un Typhon au Japon (Saison des typhons, climat au Japon)


Un Typhon au Japon

La saison des Typhons est enfin terminée. Enfin c’est ce qu’ils disent à la météo. Ils ne nous ont pas prévenu quand elle a commencé. Elle était en avance à ce qu’il parait. Des typhons au Japon il y en a des tas tous les ans. On leur donne des noms rigolos “Jebi”, “Rami”, “Tatami”, peut être pas le dernier. Il faut bien passer le temps quand on est bloqué à la maison. N’étant pas un fan de Sudoku je passe l’essentiel des typhons devant mon ordinateur. Exception faite bien sur de ceux qui entraînent une coupure électricité. Bien sur, dans ces moments la mieux vaut avoir une lampe torche, des bougies et des boîtes de thon. Je vous garantis qu’un frigo remplit de glaçons pour mettre dans mon highball ne vous sera d’aucune aide. C’est fou de voir à quelle vitesse ça fond ces trucs-là. D’ailleurs question pour les scientifiques, imaginons que le whisky soit à température ambiante et qu’on y plonge un glaçon, ce dernier fondera-t-il plus vite qu’à l’air libre?

Le survivalisme au Japon

Le survivalisme au Japon est une culture à part entière. Entraînés par des années de catastrophes naturelles (et des programmes éducatifs de hautes volées, comme Megaman ou Arsène Lupin et les Power rangers) le survivalisme est devenu une seconde nature chez les Japonais. Survivalisme 2.0. Applications de téléphones, flash spéciaux… À chaque annonce d’un typhon, séisme ou d’un événement naturel potentiellement dangereux la machine se met en ordre de marche.

Tout le monde se rue au supermarché en commençant par dévaliser le stock d’eau minéral s‘ensuit les lampes torches et les bougies ainsi que tous les plats préparés. Et moi je me retrouve invariablement à boire du coca et à manger des boîtes de thons trempés dans du coulis au chocolat pendant trois jours. Non pas que ça me déplaise, mais je fais attention à ma ligne. En tout cas je conseille le coulis au chocolat, bien moins cher que le chocolat en plaque et dure plus longtemps. Le survivalisme donc. Il m’a toujours apparu comme très paradoxale qu’à chaque annonce les Japonais soient très impliqués et très sérieux dans leur constitution d’un stock mais qu’à côté de cela ils ne fassent rien pour se préparer à une catastrophe. Je veux dire qu’ils détestent toute activité d’extérieur, allant jusqu’à faire du camping dans des hôtels et ne sont pas vraiment proche d’Indiana Jones. Comment ça moi non plus? Vous ne m’avez jamais vu avec un chapeau!

Un Typhon en fait, c’est quoi?

C’est une grosse tempête avec des vents très rapides et beaucoup de pluie. Si vous habitez près de la montagne attention aux coulées de boue, si vous habitez près d’un cours d’eau attention aux inondations et si vous habitez loin de tout ça, pensez à déménager. Non franchement rapprochez vous du monde, ce n’est pas le bon endroit pour se la jouer Robinson Crusoé. Il y a l’internet. C’est déjà ça.

Le climat au Japon

Niveau climat le Japon n’est pas épargné. Il y a quatre saisons. Ce qui semble ravir les Japonais.

“Combien y a-t-il de saison en France?

-Quatre, pourquoi?

-EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEH.”

C’est le cri du japonais surpris.

“Il y en a combien au Japon?

-Quatre aussi, mais c’est des vrais saisons. Du genre un vrai hiver, un vrai printemps, un vrai été, tout çaEt puis il y a aussi “Tsuyu”. C’est la saison des pluies en juin-juillet. Mais c’est pas une vrai saison. Enfin un peu, mais déjà que vous n’avez qu’une saison je ne veux pas enfoncer le clou.

-Ah bon, et c’est quoi une vrai saison?

-C’est quand le temps change et les fleurs aussi. Par exemple en automne au Japon les feuilles changent de couleurs et elles tombent.”

Je n’ai généralement pas le Cœur de leur dire que c’est pareil à peu près partout. Il y a des croyances auxquelles il ne vaut mieux pas se frotter. En plus, moi depuis le temps, je la connais la vérité sur le climat du Japon: il fait chaud et humide en été et froid et sec en hiver. (enfin sec c’est relatif, il pleut un peu moins que d’habitude).

Tusyu, la saison des pluies au Japon

Grande imposture de la culture japonaise: Tsuyu. D’après le folklore il est censé pleuvoir d’avantage entre la fin juin et la mi-juillet. Laissez-moi vous le dire sans prendre de baguettes, c’est du flan. Il pleut à peu près tout le temps, toute l’année, à l’exception de deux semaines entre la fin juillet et la mi-aout et d’un mois en décembre. (parfois une semaine en février, quand il neige). Les locaux sont d’ailleurs tous équipés pour la pluie. Bottes, couverture plastique qui recouvrent votre casque ou votre vélo. (Y compris pour les policiers et les gardiens de parking que je plains de devoir passer la journée dehors sous la pluie.) Tout cela sans parler de la mafia des vendeurs de parapluie toujours prêts à vous refourguer leur morceau de plastique à 500 yens à la sortie des conbinis. Je ne compte plus le nombre de fois ou je me suis fait avoir. J’ai dû arrêté de fumer pour pouvoir continuer à m’acheter des parapluies.

Mesure d’urgence en cas de catastrophe naturelle

En cas de catastrophe naturelle un tas de mesures d’urgences est prévu. Restez chez vous en cas de typhon. Si vous venez à mourir de soif pensez aux bains publics. Dans les zones d’évacuation (prévues également pour les tremblements de terre) vous avez parfois des distributeurs de boissons qui s’activent gratuitement en cas de crise. Les dites zones d’évacuations sont indiquées dans votre immeuble ou dans votre hôtel. En japonais uniquement, pour qu’en cas de crise les priorités soient préservés. Avec une population âgée en fort déclin on ne peut pas commencer à sauver des touristes. En cas de tremblement de terre les consignes sont plus détaillées. Il faut se cacher sous une table et éviter les objets qui tombent. S’il n’y a pas de table à proximité, une encadrure de porte fait aussi une protection idéale. Pensez aussi à éteindre le gaz. Bien entendu toutes ses consignes vous seront la plupart du temps inutiles puisque l’alarme de votre téléphone va retentir pendant, voir après le séisme. Pendant la secousse je vous invite à essayer de vous lever et à essayer de vous mettre dans la cadre de la porte coulissante sans finir décapité. Tout cela si vous arrivez à vous déplacer ce qui est en soi plus que périlleux. Ou vous faites comme moi et vous vous mettez en position fœtale en vous protégeant la tête avec ce que vous avez sous la main (votre femme dans la plupart des cas). Reconsidérez aussi le bien-fondé d’exposer votre collection de katanas au mur dans un pays aux fréquentes secousses telluriques.

Si vous suivez mes conseils vous augmenterez grandement vos chances de survies avant le prochain Tsunami.

Et si vous aimez le blog, n’hésitez pas à regarder mes livres dans la boutique !


Lire également

Métro, boulot, dodo. Routine japonaise

La sante au Japon

Le Japon pendant la seconde guerre mondiale


Please follow and like us:

Laisser un commentaire