Nouvel an Japon Hiver Japon

Bonenkai (événement du nouvel an japon)


Bonenkai (événement du nouvel an japon)

Bientôt la fin de l’année. Par encore l’heure des bilans mais ça va venir vite. Un mois. De quoi me mettre un maximum de pression pour finir l’année en fanfare. Et ça va pas être facile, car il y a encore beaucoup de travail pour atteindre mes objectifs. Il faut admettre que j’avais place la barre un peu haut pour les mois de novembre et décembre. Avoir mes trois livres opérationnels et disponibles en version papier avant noël. (Deux des trois livres en questions n’étant même pas finit d’écrire en novembre, le manuel de japonais et le roman Fantasy) Je vous rassure, ils sont finis, mais il reste un gros travail de mise en page. Et je déteste ça la mise en page, la présentation. Tous les trucs qui servent à rendre sexy le contenu. La science de l’emballage quoi. Mais si je ne m’y colle pas, personne ne va y jeter un œil. Ça me laisse pas beaucoup de choix. J’essaie de me concentrer sur l’immense sentiment de bonheur et d’accomplissement personnel que je ressentirais quand tout sera en place. Encore plus si je respecte ma deadline.

Les bilans de fin d’année au Japon

Les japonais on un calendrier incompréhensible. Un truc avec des ères, des saisons, et des années à partir de l’anniversaire de leurs empereurs. Le truc tellement incompréhensible qu’on le l’utilise plus que dans l’administration. C’est pour dire. Pour la plupart des autres activités de la vie quotidienne ils utilisent le même calendrier que nous. C’est-à-dire qu’ils fêteront la nouvelle année à peu près en même temps que nous. Du coup ils font leur bilan en même temps.

Les traditions du nouvel an

Dans les entreprises la fin d’année se fête par un “bonenkai”. Les Kanjis (moi non plus j’aime pas les kanjis mais pour une fois c’est marrant) signifient “oublier l’année précédente”. Vous l’avez compris, le bonenkai c’est une bonne grosse beuverie d’entreprise ou on tente d’oublier l’année de merde qu’on vient de passer, le tout dans la bonne humeur. Pour le peu que j’atteigne mes objectifs il est possible, pour une fois, que j’ai un peu moins besoin de boire que les autres. Rien de tel que de se fixer des objectifs motivant. Achetez mon roman ou la méthode de japonais (message subliminale).

Le bilan de fin d’année au Japon

La fin de l’année c’est toujours particulier, il fait froid, c’est déprimant et les Japonais mangent au KFC pour fêter Noël. J’ai pas l’air con avec mon foie gras et le champagne. Je sais que Noël n’est pas une tradition asiatique mais quand même, ils auraient pu choisir un peu mieux leurs influences. La fin d’année c’est le moment de se remettre en question et avant de prendre de bonnes résolutions, l’occasion de faire un constat.

À un moment ou l’autre chaque personne pouvant quitter le Japon, s’en va

J’en suis pas encore la, j’aime trop le poisson cru mais force est de constater que depuis mon arrivée sur l’archipel j’ai vu partir la plupart des expatriés. Les rares qui restent sont souvent mariés a une japonaise, contraint professionnellement, ou vivent dans une bulle qui finira éventuellement par éclater. Il y a deux ou trois tarés qui s’habillent en écoliére passés 60 ans, mais je les compte pas. Ça a jamais été mon truc les aberrations statistiques.

Mais pourquoi?

Pour plusieurs raisons, une qui n’est pas propre au Japon pour commencer, la plupart des gens à un moment dans leurs vies ont envie de retrouver leurs racines. La naissance d’un enfant est souvent un événement déclencheur. En ce qui concerne le Japon les conditions de travail et les faibles possibilités d’évolution professionnelle sont souvent des raisons de départ. Il est vrai que le Japon est un l’un des pays les moins attractifs d’Asie professionnellement parlant. C’est même souvent considéré comme un suicide professionnel dans certains domaines comme l’IT. Il y a ensuite un le retour à la réalité face à une image fantasmée du pays qui se heurte avec la réalité du quotidien. La encore ce n’est pas une spécificité japonaise, chaque pays a ses bons et mauvais côtés. On nous bassine bien avec le sois disant “syndrome de Paris” il y a quelques années. Hé bien l’inverse est tout aussi vrai, pas besoin de lui donner un nom.

“Ce que tu dis c’est vrai mais pas pour moi avec mon mari tout va bien”

C’est que tu fais partie des expatriées femmes (très nombreuses au Japon) qui sont venus pour se marier, vivre ici, et se nourrir en parasites du pauvre Japonais qui espérait échapper à une sangsue japonaise en ce tapant une étrangère. Il s’est bien fait enfler. Et me la fait pas genre “non c’est l’amour”, ça marche pas avec moi. Aller je vais être sympa, tu l’aimes vraiment. Mais ça t’as pas empêché de faire comme toutes les expats femelles qui restent sur le long terme (les biens elles finissent par se barrer comme tout le monde): Boite de nuit, tinder, job alimentaire, mariage, enfant, femme ou foyer (avec un petit baito 6 heures par semaines pour faire style d’être utile). T’as pas pris un job plein temps à la française, hein? Me prend pas pour un gland. Ça me dérange pas mais assume.

Bonenkai

“Ça fait combien de temps que tu es au Japon?
-Un moment et toi?
-Je suis japonaise ahah. Tu fais quoi ici.
-Ben, je bosse, on est dans la même boite d’ailleurs, c’est pour ça qu’on fait le bonenkai ensemble.
-OoooooH. Sugoi.”
Risa repose son verre sur la table en me dévisageant de ses grands yeux vitreux. Elle tient pas trop l’alcool.
“Alors tu vas rester longtemps.
-Je sais pas on verra.
-Eeeeh tu vas devenir japonais, alors?
-Bah non, pour quoi faire? Tfacon avec ma gueule on me donnera toujours le menu anglais. Sinon tu penses quoi de la nouvelle?
-Kuri san? Elle est gentille. Comment on dit gentille en français?
-“Conne”
Elle se met à rire sans savoir pourquoi, et on partage le dernier bout de pizza. Deux heures au Karaoke et je finis la soirée dans un Buisson. Faut croire que je tiens pas l’alcool non plus. Il fait à peine froid et le soleil se lèvera bientôt. Dans l’ensemble j’ai passé une bonne année.

Et si vous aimez le blog, n’hésitez pas à regarder mes livres dans la boutique !


Lire également:

La mode au Japon

Comment manger avec des baguettes

Une Japonaise, qu’est ce que c’est?

Une Japonaise qu’est ce que c’est? Analyse détaillée.


Please follow and like us:

Laisser un commentaire