Osaka skybuilding

Bienvenue au Japon ! Welcom to Japan ! L’aéroport du Kansai.

Bienvenue au Japon ! Welcom to Japan ! L’aéroport du Kansai.

AH, l’été, les moustiques, l’humidité et la facture d’électricité. Et puis il y a les vacances. Cette année c’est Taipei. Je voulais rester chez moi sans voir personne, mais je n’avais plus d’idées pour le blog. Alors autant se prendre un petit hôtel et aller manger des têtes de canards et des verres de sang de serpent.

Voyager en Asie

M’étant beaucoup concentré sur le Japon lors de mes premières années ici, je n’ai que peu eu l’occasion de me rendre dans les pays environnants. Il faut dire que travailler tout le temps n’aide pas à partir en congé. Mais après un moment et avoir fait à peu près le tour de l’archipel j’ai finis par m’y mettre. C’est pas trop tôt. J’aurais dû faire ça bien avant. Enfin me voila tout excité à préparer mon baluchon pour le voyage (par baluchon entendez magnifique sac north pole, il faut garder un certain standard tout de même. L’image de la France à l’international n’est déjà pas à la fête ses dernières années, pas la peine d’en rajouter).

La route de l’aéroport.

J’habite à une heure de l’aéroport du Kansai (KIX pour les intimes). Chaque fois que je m’y dirige j’ai toujours la même émotion, la même joie de voler et de découvrir de nouveaux horizons. Ce matin l’ai est humide, lourd. Sur le chemin de la gare des octogénaires tremblotant tentent de me renverser avec leurs vélos. Les attentats d’octogénaires vélo-tractés sont monnaies courantes au Japon. Rien n’a pu empêcher leur recrudescence ses dernières années. Les contrôles des plaques d’immatriculations des vélos n’y ont pour l’instant rien changé.

Enfin la gare, adossée à un Mac Donald, les hamburgers traversent les océans. Il est 7 heures du matin. Je dois acheter un ticket. Une trentaine de personnes tournent autour de la machine automatique m’en interdisant l’accès. J’ai l’habitude, je suis parti 30 bonnes minutes en avance. Au Japon si vous devez vous rendre quelque part calculer le temps de trajet qu’il vous faudrait en France et doublez-le. A moins de vouloir dégager les gêneurs au pare-choc mais c’est à vous de voir. Il ne sera pas dit que j’appelle au meurtre.

Après une interminable attente je finis par me frayer un chemin vers la machine, à coup de « sumimasen » en bougeant ma main vers l’avant dans le plus pur style salut princier, ou salutations de la Wehrmacht, selon vos références culturelles. Ici comme partout, pas de secret : Un coup d’épaule aide. Il y a pas à dire, la violence c’est LE langage universel.

L’arrivée à l’aéroport

L’aéroport du Kansai, KIX, construit sur île artificielle, chef-d’œuvre d’ingienerie qui a failli couler lors du passage du typhon Jebi. Je sors de la gare et me dirige vers le pont qui me sépare du terminal d’un pas ferme et décider. Un salut à super Mario, un œil curieux vers les poupées pikachu en uniforme d’hôtesse de l’air et je gravis les étages un à un à la recherche de mon vol que je trouve rapidement. Il faut dire que je connais KIX comme ma poche, mieux même, un cocon chaud humide sans chewing-gum par terre.

Chek-in

Les bornes pour le check in sont en fonction et il n’y a pas trop d’attente. Il faut dire que je suis parti pendant la grève d’EVA air et que mon vol à été annulé 3 fois avant de trouver une place sur celui-ci. Il y a une grève tous les 10 ans sur le continent et il faut que ça me tombe dessus. Ah douce nostalgie.

Bienvenue au Japon

« Hey Hey Heyyyyyyyyy!

WELCOME TO JAPAN!”

Un petit gros dégarnis se précipite vers moi dégoulinant de sueur, je me retourne d’un coup et porte instinctivement la main à ma poche pour protéger ma barre de Kit Kat. L’individu est suivi par deux personnes dont une tenant une caméra. Ça me rassure un peu. A y regarder de plus près la glace au chocolat du nuisible reporter ressemble à s’y méprendre à un micro.

« WELCOME TO JAaaAPaAAAAAAAAAn ! »

Si vous êtes un familier du paysage audiovisuel japonais vous l’êtes probablement également avec cette émission ou des journalistes interrogent des étrangers à leur arrivé sur le territoire japonais pour leur demander ce qu’ils viennent voir dans leur beau pays avant de sélectionner les réponses les plus élogieuses possibles. Un magnifique exercice d’autoflagorenerie apparemment populaire à en juger par l’embonpoint de mon interlocuteur.

« WelCommmme To JJAAAAAAApAAAAAAN ! » hurle-t-il une énième fois. Je n’y couperais pas je me retourne.

« Hy. Welcomme toooooooo…… JApAnnnnnnn!

Qu’est-ce que vous venez faire ici ? Qu’allez vous visiter ?

-C’est la porte des départs. Je quitte le Japon, je ne viens pas d’arriver. »

Son visage vire un peu plus à l’écarlate.

« Ah, Welcomme To JaPannn.

Qu’est-ce que vous allez visitez la prochaine fois alors ?

-Vous êtes sûr que vous êtes pas gourés de porte ? Parce que gueuler « bienvenue au Japon » aux gens qui s’en vont, c’est bizarre quand même.

-Non, non c’est OK. Tu peux pas comprendre, c’est la culture japonaise.

-Ah si c’est la culture japonaise alors…

-Bon, c’était super quand même le Japon non. Le meilleur pays du monde avec un peuple brillant béni par les dieux quand même ?

-Bof, je suis surtout content de me barrer une semaine.

-Ah… Euh… »

Je voyais bien que ma réponse ne lui convenait pas.

« Vous êtes sûr que vous voulez pas aller aux arrivées ? Je vous assure que les gens qui arrivent heureux d’être en vacances avec des étoiles pleins dans les yeux (et qui ne connaissent pas encore le pays) sont plus ) même de verser dans les louanges. Les vieux expats rabougris qui se barrent (ne serait ce qu’en vacances) on plus de chances de vous décevoir. Ou alors tentez ceux qui se prennent pour des Japonais. Vous les trouverez facilement, ils portent des vêtements qui ne leur vont pas et parlent japonais tous seuls à voix hautes en espérant se faire remarquer.

-Ah… Euhhh.

Thannnk You. »

Finalement mon voyage c’est bien passé, je me suis reposé et fait le plein de photos. Me voilà rentrer et de retour au travail. Je m’inquiète un peu toutefois, j’ai beau ne pas en rater un épisode, mon interview n’a toujours pas été diffusée.

Comme d’habitude, si vous aimez le blog, n’hésitez pas à regarder mes livres dans la boutique !

Cordialement,

Toriaezu Japon


Lire également:

Osaka combien ça coûte

Comment lire le japonais

Les japonais ne dorment pas. Ma rencontre avec Dracula

Ou s’expatrier en Asie? Le cas du Japon

Please follow and like us:

Laisser un commentaire