Les Onsens au Japon

Les Onsens au Japon

En ces temps de typhons traversant l’archipel, je peux enfin trouver un moment pour écrire des articles. L’un dans l’autre les tempêtes tropicales ont du bon. Choisissons un sujet agréable, un des trucs que je préfère ici : Les onsens.

Un Onsen qu’est-ce que c’est ?

Avant de commencer rien de tel que de définir son sujet. Un onsen c’est une source thermale, des bains chauds, des sources naturels qu’on trouve le plus souvent à la montagne. Les bains chauds artificiels qu’on trouve en ville sont appelées sento. Certains d’entre eux utilisent de l’eau des sources naturels. Et là ça devient confus. Il semble que la distinction soit faite avec plus de rigueur à Tokyo qu’à Osaka ou les gens s’en foutent un peu et appellent tout ce qui est chaud et mouillé un Onsen. (Il n’a pas de sous-entendu graveleux.) Pour des raisons de simplicité et parce que j’habite à Osaka donc j’ai le droit, j’appellerai toute sorte de bain chaud Onsen dans la suite de cet article. Ça simplifie et en plus à part les geeks de l’eau chaude, tout le monde s’en fout du nom qu’on leur donne.

A la maison j’ai une baignoire

Un bain chaud c’est bien mais à la maison j’ai une baignoire, alors est ce que ça vaut le coup ?

Bien sûr ! Déjà c’est plus grand, et puis l’eau chaude naturelle est censée être gorgée de minéraux et d’autres trucs du genre bon pour la santé. C’est bien ça. Et puis c’est l’occasion rêvée d’être nu en public.

On s’en fout c’est pas mixte.

Certes l’immense majorité des Onsens ne sont plus mixtes de nos jours, ultime atteinte de la pudibonderie américaine à l’ordre naturel. Cela étant ne vous inquiétez pas, pas besoin d’être timide tout le monde est dans le même état, contentez-vous de vous allonger dans un bain bouillant et reposez-vous.

Bon allez, ca suffit de tourner autour du pot dis nous ce qu’on veut savoir.*

En effet la nôtre est plus grosse. Il y a des exceptions bien sûr mais parmi mes lecteurs nuls doute que votre orgueil en sortira grandit. Quand on sort de là, on bombe le torse. Un des plaisirs des Onsens que l’on ne retrouve pas en Afrique : ils ne prennent pas de bain.

*(Je n’assume absolument pas le contenu de ce paragraphe qui est totalement inacceptable et porte atteinte aux bonnes mœurs, c’est très certainement l’œuvre d’un Hacker Russo-Chinois-Fasciste-Terroriste qui a hacké mon blog.)

Quel Onsen tu nous conseille ?

Tous à vous de vous faire votre propre opinion, si un jour quelqu’un me propose un cheque pour faire une recommandation j’éditerais ce paragraphe. En ce qui me concerne je vais le plus souvent à Nabeha no yu, ou j’ai d’ailleurs pris la photo en tête d’article. J’apprécie particulièrement leur bain extérieur oxygéné. Toutefois il semble que ce Onsen soit particulièrement apprécié pour son sauna ou ils balancent des herbes parfumés toutes les 30 minutes. Je ne supporte pas les sauna (trop chaud pour moi) et en profite pour avoir les bains à moi tout seul. Le Onsen est indiqué en sortant de la gare de Tsuruhashi (le korean town de Osaka avec ses centaines de restaurants yaki niku, son marché et ses vieux magasins aux devantures délabrées). Ils ont aussi un bain parfumé, le parfum changeant fréquemment. La semaine dernière c’était marché coréen, avec des légumes et plantes séchées et makkoli le weekend. Si vous passez dans le coin vous pouvez tenter votre chance. En plus le bâtiment est plutôt joli, caché derrière un pachinko. Une vrai expérience japonaise.

Pachinko
Pachinko

Les règles dans un Onsen

Les gens aiment les règles, vous pouvez sans doute les trouver un peu partout sur le net mais pour être complet laissez-moi m’y coller pendant que c’est encore bien frais dans mon esprit (j’y suis allé la semaine dernière).

Je me suis retrouvé à la gare de Tsuruhashi et comme les 333 fois précédentes, je me suis perdu. Il faut dire que moi et les indications sa fait deux. Enfin ce coup ci je me suis vite repris, et mes souvenirs sont revenus. Il faut dire que j’avais l’habitude d’aller à Nobe ha no yu quasiment toutes les deux semaines l’année dernière. Et puis j’ai arrêté, sans vraiment de raisons. Un manque de temps sans doute. Ou l’envie d’économiser les 850 yens de l’entrée. Encore que, je les dépense au conbini en sachet de kit kat de toute façon. Il y a deux cotés très distinct en sortant de la modeste gare de Tsuruhashi. Le champ de viande, ou tous les barbecues coréens sont entassés et le marché style mad max. C’est cette sortie qu’il faut prendre. Il y a une grande route, vous allez à droite puis tout droit jusqu’à tomber sur un grand panneau avec des trucs marqués dessus. (j’ai oublié quoi). Sur votre droite vous allez apercevoir un pachinko, c’est là. De toute façon, à ce niveau je suis presque sûr que le Onsen est bien indiqué. Je pars du principe qu’à peu près tout le monde à un meilleur sens de l’orientation que moi, ca ne devrait pas vous poser problème. Suivez les lanternes.

onsen 2
onsen lantern

Le bâtiment est charmant. Passez les portes coulissantes. Il y quelques bancs dans l’entrée puis une estrade et les comptoirs. Je me déchausse à l’entrée, vais vers le local à chaussure et dépose mes chaussures. Il faut appuyer sur le bouton, pas besoin de pièce. Ça m’a bien pris 10 minutes pour comprendre le système. Je vais au comptoir. La jeune fille au Kimono à l’accueil panique un peu mais très professionnel reprend vite ses esprits. Elle a été formée pour faire face à cette éventualité, à l’école des hôtesses d’accueil de bain chaud. Elle se remémore les enseignements du Sensei.

« Quand étrangers venir fouler sol sacré, toi montrer panneau anglais avec ton doigt. »

Elle pivote sur elle-même et saisi promptement un fascicule blanc illustré.

Sans prononcé un mot elle me présente les interdictions une à une :

-Pas de tatouage, m’en fous j’en ai pas. (désolé pour ceux qui en ont, il y a des Onsens pour étrangers qui acceptent les tatouages, certains sont d’ailleurs très sympas à faire, mais il s’agit d’une minorité dont celui-ci ne fait pas partit.)

-Il faut se laver avant de rentrer dans le bain (et je vous conseille de le faire aussi après)

-Ne pas mettre sa petite serviette dans l’eau

-Ne pas rentrer dans l’eau plein de savon

-Ne pas jeter de rasoirs sur ses voisins

-Ne pas uriner ou déféquer dans le bain

C’est l’essentiel.

Elle me regarde, je hoche la tête nonchalamment. C’est chiant de parler, et en plus je crois que sa collègue m’a reconnu. Elle doit travailler là depuis plus longtemps.

Elle tend sa main paume ouverte, je lui remets la clé du placard à chaussure. Elle me tend mon bracelet avec le numéro de casier. Je me dirige vers le bain. On paie après. Le bain seul c’est 850 yens, mais il y a d’autres services. Des massages, des trucs de santé, de bien être, et de la bière. Tous nos achats sur place sont ajoutés sur notre note via le bracelet. On paie en sortant, pour récupérer ses chaussures. Une bonne façon d’empêcher les gens de partir en courant.

Comme d’habitude, si vous aimez le blog, n’hésitez pas à regarder mes livres dans la boutique !

Cordialement,

Toriaezu Japon


Lire également:

KIX, l’aéroport du Kansai

Comment lire le japonais

Les japonais ne dorment pas. Ma rencontre avec Dracula

Un matsuri sans kimono

Please follow and like us:

Laisser un commentaire