Randonnée à Osaka

Où faire de la Randonnée à Osaka

Où faire de la Randonnée à Osaka

Début d’hiver, la ville devient oppressante. Partout ou je marche il y a du monde qui piétine, qui se jette dans mes pieds, s’arrête au milieu de la route sans raison. Je sature, j’ai besoin de nature.

Randonnée à Osaka

Pourquoi pas faire une randonnée ?

C’est une idée plutôt simple mais qui n’en reste pas moins excellente, me voilà donc à rechercher des endroits ou me promener pas loin d’Osaka.

Alors, je parcours le net, je cherche brièvement et finalement je tombe sur « Hoshi no Buranko » une randonnée pour débutant qui finit sur un pont suspendu et une belle vue. Parfait.

L’aventure commence dans le train

J’achète du pain et 2,3 trucs à mettre dedans pour me faire un sandwich. Et puis c’est le moment de prendre le train. Comme d’habitude google map m’est d’une grande aide. De chez moi je dois changer à Kyobashi pour prendre le « Keihan », encore un changement à la station d’Hirakata-shi, Hirakata c’est la ou il y a le parc d’attraction, il y a des evenements pour attraper des pokemons rares des fois. Enfin, je digresse. D’Hirakata-shi je change de ligne (toujours dans la gare Keihan) et je prends le train local pour Kisaichi station. C’est le terminus et le départ de la randonnée. Plus je m’éloigne de la ville plus les passagers se font rares et vieux. A deux stations de l’arrivée il n’y a plus que moi et un grand-père tout froid. Enfin au moins j’ai pu m’asseoir sur un bout du trajet. C’est important de s’asseoir avant l’effort.

Randonnée à Osaka
Randonnée à Osaka

La randonnée c’est mieux quand c’est plat.

Me voici lâcher dans la campagne japonaise à la recherche d’une montage. Et c’est pas ça qui manque. Une fois de plus mon GPS m’est d’une grande aide et je trouve rapidement mon chemin, slalomant gracieusement entre les rizières locales. Je me retrouve bientôt à l’entrée dans du parc et il faut bien le dire, il n’y a pas grand monde. Bon, le parcours du pont suspendu est censé être emprunté fin novembre pour voir les « momiji » les feuilles rouges. Fin septembre c’est clairement trop tôt, j’en aperçois une ou deux à peine jaunies. Mais c’est pas grave je m’en fous des feuilles rouges, moi je veux du vert et du calme, et pour le coup, je suis servi.

Je me lance courageusement dans l’ascension, les premiers 100 mètres se passent plutôt bien et me surprend à me complimenter sur ma bonne forme physique et puis l’horreur commence. La bonne petite pente de terre laisse la place à des p*tains d’escaliers. Mais quelle idée d’aller foutre des escaliers dans la montagne. Et des trucs avec des marches miniatures en plus. Conception spéciale pour bas du cul. L’enfer commence, 1h30 d’escalier. C’est plus de la randonnée, c’est du cardio. Mais je prends courage à deux mains et je n’abandonne pas malgrès les dangers qui me guettent.

Randonnée à Osaka
Randonnée à Osaka

Les Joro spiders

Moins dangereuse que les escaliers la faune japonaise à tout de même de quoi effrayer. Certes ce n’est pas la forêt amazonienne, mais quand même. Les joro spiders, sortent d’araignée géantes (selon mes standars) de taille moyenne selon wikipedia, sortent de guêpes jaunes vifs à 8 pattes sont partout. Dans les arbres, sur les sols et ma manche de pull.

Aaaaaaaaaaah !

Je laisse échapper un cri de guerre virile que n’aurait pas renié Rambo au top de sa forme. Victoire l’ennemi visiblement terrifié est en fuite. Avec le recul je dois admettre qu’elle ne semblait pas très agressive est heureusement, une morsure est apparemment assez douloureuse. Mais je ne suis pas au bout de mes surprises, ces bois cachent une créature bien plus terrifiante et potentiellement mortelle pour l’homme.

Mamushi.

Il a fallu que je fasse encore quelques centaines de mètres pour tomber sur un panneau m’annonçant la mauvaise nouvelle. « Mamushi » présence de serpents venimeux dans la zone, faire attention. Ils ne pouvaient pas me le dire avant ? Maintenant que je suis à la moitié du chemin qu’est-ce que je suis censé faire au juste ? Allez je continue.

Pour ceux non familiers avec les serpents japonais, le Mamushi est une espèce de vipère très venimeuse présente en Asie. C’est un prédateur embusqué qui n’hésitera pas à mordre si vous vous en approcher trop, et son venin est bien plus puissant que celui de sa compère française. Plusieurs personnes meurent chaque année. Ceux qui survivent le font au prix de violentes douleurs pendant plusieurs semaines à plusieurs mois.

Après l’effort le réconfort.

Finalement je n’en ai pas rencontré et après une petite randonnée assez sympathique je me retrouve enfin au pont suspendu, prétexte à la promenade. La vue est plutôt sympa, je vous laisse juger par vous-même sur les photos. Pas de quoi casser 3 pattes à un canard, mais si vous êtes sur Osaka et cherchez à vous changer les idées (ou si vous voulez un endroit sympa pour observer les feuilles d’automnes) n’hésitez pas à y faire un tour.

Bon Voyage !

Randonnée à Osaka

Comme d’habitude, si vous aimez le blog, n’hésitez pas à regarder mes livres dans la boutique !

Cordialement,

Toriaezu Japon


Lire également:

Les modes de paiement au Japon

Comment lire le japonais

Au supermarche Japonais

Les jours feries au Japon

Please follow and like us:

Laisser un commentaire